Jean-Paul AMAR, Cannes, ophtalmo, chirurgie oculaire, pathologies oculaires, maladies de l’oeil, basse vision

Docteur Jean-Paul AMAR
OPHTALMOLOGISTE
Spécialiste en chirurgie Rétino-Vitréenne

Ophtalmo, Jean-Paul AMAR, Alpes Maritimes, Cannes, rétine, DMLA, dégénérescence maculaire, glaucome, cataracte, macula-membrane, trou maculaire, thrombose

LE TROU MACULAIRE

Définition


Le trou maculaire est une affection qui touche la macula, petite région d’un à deux millimètres située au centre de la rétine. C’est là qu’il y a la plus grande concentration en cellules visuelles, c’est pourquoi c’est la macula qui permet la vision fine pour lire, écrire ou conduire, le reste de la rétine assurant la vision beaucoup plus floue du champ visuel environnant. Dans votre maladie, des phénomènes de traction tangentielle ont créé un trou au niveau de la macula.
Assez rapidement, ce trou augmente de taille et ses bords se décollent. Cela s’accompagne donc d’une baisse importante de l’acuité visuelle centrale qui, sans intervention, deviendra dans l’immense majorité des cas irréversible. Vous descendez donc les marches de l’escalier de la vision sans espoir de revenir en arrière.

Traitement


L’opération vise à reboucher le trou, ce qui permettra d’arrêter la dégradation visuelle voire même d’obtenir une petite amélioration.
Dans la majorité des cas votre chirurgien procèdera de la façon suivante. Après avoir réalisé une vitrectomie c’est-à-dire l’ablation du corps vitré en le grignotant avec un vitréotome pour le remplacer par un produit de substitution, il va effectuer l’ablation de la hyaloïde postérieure, l’enveloppe du vitré, adhérente à la rétine.
Pour aider à la cicatrisation du trou, il va ensuite enlever la limitante interne de la rétine sur toute la région postérieure ; il s’agit d’une toute petite pellicule de quelques microns d’épaisseur, c’est-à-dire dix fois plus fine qu’un cheveu. Il devra enfin injecter dans votre œil une bulle de gaz pour appuyer sur les bords du trou.
La bulle de gaz, selon les lois d’Archimède, va monter vers le plafond. Si vous voulez qu’elle appuie sur la macula et que votre guérison soit plus sûre, il va falloir placer votre macula vers le plafond c’est-à-dire regarder à l’opposé, vers le sol, en dessous de votre tête.
C’est ce qu’on appelle la position bulle.
A la sortie de la clinique, vous pourrez rentrer chez vous en voiture ou en train. Vous voyagerez assis en regardant vos talons.
Vous pourrez enlever le pansement dans la journée dès le lendemain, mais votre œil ne verra pas à cause de la bulle de gaz
Vous aurez l’obligation de tenir la position bulle pendant quelques jours. Cette position est pénible, vous aurez mal au cou et aux épaules. Dans la journée, la position choisie par les malades comme étant la moins pénible est une position assise devant une table, la tête reposant sur les bras ou sur un traversin. Vous avez le droit de lire si votre livre est placé sous votre tête ; vous pouvez regarder la télé si deux miroirs sous votre tête vous permettent de redresser l’image ; vous pouvez marcher si vous le faites en regardant vos pieds. La nuit sera plus difficile ; certains malades s’endorment la tête tournée vers le matelas, d’autres choisissent de dormir assis.
La bulle de gaz va disparaître spontanément, généralement en 15 à 20 jours, parfois plus, parfois moins, selon le gaz employé. Lors de sa résorption, vous verrez une grosse boule noire dans le champ visuel inférieur, comme si vous étiez dans un aquarium. Pendant toute la durée où la bulle sera présente dans votre œil tout voyage en avion sera interdit.

Conseils pratiques


Lorsque la cicatrisation sera faite, vous pouvez reprendre une vie normale et oublier la position bulle, mais vous devrez respecter quelques précautions pendant une quinzaine de jours :
N’irritez pas votre œil ; faites attention au shampoing et au savon et n’allez pas à la piscine
Evitez toute source d’infection, évitez de prendre froid et de côtoyez des personnes infectées. Une infection oculaire est quelque chose de grave qui nécessite un traitement d’extrême urgence. Si votre œil devient subitement rouge ou douloureux téléphonez en urgence à votre chirurgien.
Après disparition de la bulle, votre vision va s’améliorer progressivement pendant les six mois qui suivent. Si tout marche bien, si la position bulle a été bien faite, vous aurez retrouvé dans un mois à peu près la vision que vous aviez la veille de l’opération et cette vision ne devrait plus baisser. L’amélioration visuelle, si elle a lieu, se fera au cours des six mois suivants. N’envisagez donc pas de changer vos lunettes pendant les six premiers mois.
Sachez pour finir que le risque de développer un décollement de rétine dans les mois ou années qui viennent est légèrement augmenté et que les malades non opérés précédemment de cataracte peuvent subir une accélération du processus physiologique de développement de la cataracte.

Les photos


Contact

OPHTALMO

CABINET DU DOCTEUR Jean-Paul AMAR

29 bd de la Ferrage
06400CANNES
(+33) 04 93 38 31 84
(+33) 04 93 68 44 90
jeanpaul.amar@orange.fr
URGENCES CHIRURGICALES :(+33) 06 12 43 91 93

Pathologies oculaires

Maladies de l’oeil, basse vision, DMLA, dégénérescence maculaire, glaucome, cataracte, macula, membrane, trou maculaire, thrombose

Une réalisation de l’agence
Agence INGLOBO